Romans


Éric Chevillard

Préhistoire


1994
176 pages
ISBN : 9782707314871
16.50 €
30 exemplaires numérotés sur Vergé des papeteries de Vizille


Puis il inventa l'écriture. Dès lors, impossible de reculer : l'homme entra dans l'Histoire. Mais il serait faux de croire que tout a commencé pour lui ce matin-là. Depuis longtemps, l'homme s'activait sur la Terre. Moins doué pour la vie de tous les jours que les animaux, ses voisins, bisons, chevaux, mammouths, dont la paisible assurance et le sens pratique l'impressionnaient fortement, il en fit les héros de ses fresques rupestres - grandes figures éternelles, déjà vieilles de vingt ou trente mille ans, que l'on ne saurait donc comparer sans sourire à nos récentes peintures sur toile, démodées avant d'être sèches. La grotte de Pales s'ouvre ainsi sur un réseau de galeries richement ornées. On la visite. Le narrateur de cette histoire, quand elle commence, vient justement d'être nommé au poste vacant de guide et gardien du site. Il tarde pourtant à prendre ses fonctions. Quelque chose le retient.

ISBN
PDF : 9782707325297
ePub : 9782707325280

Prix : 11.99 €

En savoir plus

Jean-Patrice Dupin (La Quinzaine littéraire, 1994)

« Le titre pourtant nous avait prévenu : préhistoire désigne bien ce qui vient avant l'histoire, et non seulement le programme a été scrupuleusement respecté, mais encore c'est un nouveau tour de force qu'a réalisé Éric Chevillard avec ce sixième roman. »

Jean-Baptiste Harang (Libération, 1994)

« Et voilà, pour la sixième fois nous ressortons essorés, hilares et décontenancés d'un livre d'Éric Chevillard, son sixième, Préhistoire. Ce jeune homme a-t-il trente ans ? Et tout pour agacer, un sens du non-sens comme une évidence, la dérision pour philosophie, et une intelligence aiguë, contagieuse, de la vacuité du monde. Mais il n'agace pas, il convainc, il convainc chacun de nous de la vanité et de l'improbabilité des choses. Il nous convainc et il nous confond, comme on confond un coupable comme on confond un coupable avec un innocent. »

Monique Pétillon (Le Monde, 1994)


« Ses personnages dont les noms, quand on les connaît – Plock, Crab, Furne – rappellent l'univers de Beckett, sont des rêveurs qui, dans leur folie sauvage et déductive, essayent de modifier la réalité. Et l'écriture, avec ses réticences, ses variations burlesques, ses accélérations et ses ruptures, nous entraîne dans un délire angoissant et jubilatoire, au seuil du récit à jamais différé. »

Jean-Louis Ezine (Le Nouvel Observateur, 1994)


« On jubile de retrouver ici Éric Chevillard au meilleur de son talent, lequel n'a au reste jamais baissé et lui vaudra un jour d'être désigné comme l'héritier le plus fécond, sinon même comme le successeur, de Raymond Queneau. »

Jean-Claude Lebrun (L'Humanité, 1994)

« Éric Chevillard apporte d'entrée de jeu, sur l'esprit du livre, une précision tout à fait essentielle : " La fin de la préhistoire fut précipitée par l'apparition de l'écriture. Plus exactement, on considère que l'apparition de I'écriture marque la fin de la préhistoire, que celle-ci en somme s'achève lorsque le récit commence. ” On voit bien ce qu'il convient d'entendre ici par préhistoire : une succession de phases, dont l'effet d'accumulation provoque, à la suite d'un véritable bond qualitatif, I'entrée dans la plus vaste perspective d'une histoire, elle-même prise dans la double acception dont ne cesse de jouer Éric Chevillard. »

 




Toutes les parutions de l'année en cours
 

Les parutions classées par année