Critique 


Revue Critique

Critique n° 895 : Francis Wolff, philosophe hybride


2022
96 pages
ISBN : 9782707347671
12.00 €

S'abonner

Version numérique

Il y a des généralistes en philosophie comme en médecine. Si Francis Wolff est de cette espèce, il représente à lui seul une variété hybride. Rien de ce qui est humain ne lui est étranger : les techniques de vérité et la démocratie, les fondements de la morale et le rapport à la nature, nos manières de dire le monde et de viser l’universel, mais aussi de vivre et de penser singulièrement l’amour, le mal, la musique, et même la corrida. Généraliste, il l’est surtout par sa manière : un souci cartésien de clarté et de distinction dans les matières les plus délicates et les plus métaphysiques, la volonté d’accueillir toute réflexion sans exclusive, du moment qu’elle permet d’éclairer des questions débattues en défendant des positions avec des arguments. Ce classicisme a rendu possible une hybridation entre la philosophie ancienne, dont il est malgré tout spécialiste, et la philosophie analytique, qu’il mobilise en dehors de tout esprit de chapelle. Son œuvre a pris, ces dernières années, une ampleur impressionnante. En définissant de manière méthodique les conditions d’un humanisme contemporain, elle porte sur les temps présents un diagnostic lucide qui n’hésite pas à se formuler « à la première personne », pour reprendre le titre d’un livre d’entretiens avec André Comte-Sponville paru cet automne. Ce projet appelait à son tour une évaluation critique. Dont acte.


Sommaire :

Marc CERISUELO : Francis le Grec

Jim GABARET : Événements sans objets. De Dire le monde à Pourquoi la musique ?

Paul CLAVIER : Francis Wolff à la première personne

Tristan GARCIA : Son humanité

Francis WOLFF : Pourquoi les images ?

*

Géraldine SFEZ : Michel Nedjar. De fil en aiguille

Tables  

 

Précédents numéros

Précédents numéros





Toutes les parutions de l'année en cours
 

Les parutions classées par année