recherche catalogue
 

Toutes les parutions de l'année en cours


Par année

Le 16 octobre
David Lapoujade, Deleuze, les mouvements aberrants


Le 9 octobre
Critique n° 809 : Alphabets du moi 


Le 2 octobre
Eric Laurrent, Berceau


Le 11 septembre
Philosophie n° 123 : Foucault : a priori, phénoménologie et histoire de la raison 

Critique n° 809 : Alphabets du moi

Le 4 septembre
 
Laurent Mauvignier, Autour du monde
Julia Deck, Le Triangle d'hiver
Julia Deck, Viviane Elisabeth Fauville
Critique n° 807-808 : Hong Kong prend le large


Le 5 juin
Critique n° 805-806 : Le musée, sous réserve d’inventaire
Philosophie n° 122 : Concepts essentiellement contestés

Le 2 mai
Critique° 804 : Ruyer l’inclassable

Le 3 avril
Samuel Beckett, Tous ceux qui tombent
Jean Echenoz, Caprice de la reine
Jean Echenoz, Un an
Marguerite Duras, Les Yeux bleus cheveux noirs
Critique n° 803 : Vivants minuscules

Le 6 mars
Yves Ravey, La Fille de mon meilleur ami
Yves Ravey, Un notaire peu ordinaire
Georges Didi-Huberman, Sentir le Grisou
Georges Didi-Huberman, Essayer voir
Critique n° 802 : Pierre-Henri Castel
Philosophie n° 121

Le 6 février
Jean-Louis Chrétien, L'Espace intérierur
Pierre Bayard, Il existe d'autres mondes
Pierre Bayard, Enquête sur Hamlet (poche)
Critique n° 800-801 : Où est passée la psychanalyse ?
 

 Le 9 janvier
Éric Chevillard,
Le Désordre azerty
Pour Éric Chevillard
Jean-François Hamel, Camarade Mallarmé. Une politique de la lecture

Le 2 janvier
Critique n° 799 : Fauteurs de doute
Philosophie n° 120

 

Philosophie n° 123 : Foucault : a priori, phénoménologie et histoire de la raison
Théâtre
Oh les beaux jours

Samuel Beckett
Oh les beaux jours
suivi de Pas moi

1963
96 pages
6,80 €
ISBN : 2707300551





Version numérique



Oh les beaux jours. Pièce en deux actes pour deux personnages, écrite en anglais entre 1960 et 1961. Traduite en français par l'auteur en 1962. La première représentation, avec Madeleine Renaud dans le rôle de Winnie et Jean-Louis Barrault dans celui de Willie, eut lieu en septembre 1963 au Festival du Théâtre de Venise, où elle remporta un immense succès. Fin octobre 1963, la pièce fut reprise par ces mêmes acteurs à Paris au Théâtre de l'Odéon. Elle a figuré ensuite durant de très nombreuses années au répertoire de la Compagnie Renaud-Barrault.
Première publication en anglais : Happy Days, New York, Grove Press, 1961. Première publication de la traduction française aux Éditions de Minuit en 1963.
« Dans une étendue désertique d’herbe brûlée se dresse un petit mamelon aux pentes douces dans lequel Winnie est enterrée, d’abord jusqu’au-dessus de la taille. Winnie se souvient qu’en la voyant, un passant s’était demandé : " À quoi ça rime ? ... fourrée jusqu’aux nénés dans le pissenlit... ça signifie quoi ? ”
Cela rime avec la vie de tout être humain. Cela signifie le courage dont la personne humaine peut se montrer capable.
Winnie est pleinement vivante, c’est-à-dire qu’elle endure stoïquement tout ce que vivre implique. Elle est l’incarnation même du courage qu’exige l’inéluctable déroulement de la vie, jour après jour “ à perte de passé et d’avenir ”. Envers et contre toutes les souffrances et les indignités du délabrement, il émane de Winnie une inébranlable volonté de dignité humaine : “ Tiens-toi, Winnie ”, se dit-elle, “ advienne que pourra, tiens-toi. ”
Certes, elle aurait tout lieu de sombrer dans des “ bouillons de mélancolie ”, mais elle s’y refuse farouchement. Puisque vivre c’est continuer encore, autant perdurer “ d’un cœur léger ”, dignité oblige. Elle s’est ainsi forgé l’art inépuisable de trouver dans la moindre babiole, dans l’événement le plus minime, une source de pétulant intérêt et de vif plaisir : “ Ça que je trouve si merveilleux ” ne cessera-t-elle de s’exclamer. L’apparente frivolité de son discours est, comme l’humour, la chatoyante politesse du désespoir. “ Oh le beau jour encore que ça aura été... Encore un... Après tout. ”
L’humour de Samuel Beckett ne verse jamais dans l’amère dérision. Oh les beaux jours est une œuvre infiniment tonique, puissante, tout à la fois drolatique et profondément bouleversante. »
Edith Fournier

* Pas moi. Pièce en un acte pour une bouche, écrite en anglais. Première publication : Not I, Londres, Faber and Faber, 1973. Pré-publication de la traduction française par l'auteur dans la revue Minuit, n°12, 1975.

Feuilleter un extrait

Rencontres en librairie avec Julia Deck à l'occasion de la parution du Triangle d'hiver

Rencontres en librairie avec Laurent Mauvignier à l'occasion de la parution d'Autour du monde

Rencontres en librairie avec Eric Laurrent à l'occasion de la parution de Berceau

Rencontres en librairie avec David Lapoujade à l'occasion de la parution de Deleuze, les mouvements aberrants

Prix Amerigo-Vespucci 2014 : Autour du monde.

Marcel Duchamp au Centre Pompidou

Duras Song au Centre Pompidou (15 octobre - 12 janvier 2015)

Jacques Derrida : 10ème anniversaire de sa mort

Heiner Müller :
. Vie de Gundling Frédéric de Prusse sommeil rêve cri de Lessing, dans une mise en scène de Jean Jourdheuil, du 11 au 30 novembre 2014 au Théâtre du Loup à Genève.
. La Mission, dans une mise en scène de Michael Thalheimer, du 5 au 30 novembre 2014, au Théâtre de La Colline, à Paris 20e.

Monique Wittig : lecture de L'Opoponax, le jeudi 27 novembre à 20 heures, à la Maison de la poésie, Paris 3e.

Autour de Charlotte Delbo :
Conférence (Violaine Gelly) et lecture (Claude-Alice Peyrottes) le 26 novembre à 19h30 au Forum 104 (104 rue de Vaugirard, 75006 Paris)
.


Le 6 novembre
Critique n° 810 : Ingouvernables 

© Les Éditions de Minuit
Site édité avec le concours du Centre national du livre
www.culture.fr/