Romans


Tony Duvert

Récidive


1967
144 pages
ISBN : 9782707300935
14.70 €
Nouvelle édition, 1976


* Nouvelle version entièrement réécrite du premier roman de Tony Duvert paru en 1967 aux Éditions de Minuit.

(Magazine Littéraire, 1967)

 S’il est un livre proche d’un degré zéro de l’écriture, c’est bien celui-ci. Non seulement la “ littérature ” y est tranquillement ignorée, mais les techniques du Nouveau Roman y sont utilisées à défaut d’autre chose, sans grand enthousiasme et même avec scepticisme. Récidive fait plutôt songer aux graffiti qui ornent nos murs. Comme eux, ils suintent la misère, et une effrayante solitude. Ce long délire homosexuel où se mêlent souvenirs, rêves, mensonges, c’est une symphonie dont on peut lire chaque jour des fragments sur les murs de nos lieux publics.
De là vient son étonnant pouvoir. Car le plus sûr moyen de nous dire l’enfer de ces parias de la sexualité, de les faire sortir du silence où nous les exilions, comme pour faire taire en nous une voix qui nous fait peur, c’est de parler leur langage. Toute littérature serait mensonge : traduire leur expérience dans notre langage, c’est lui ôter ce qu’elle peut avoir de différent.
Dans la chair blême et nue de cette écriture de latrines il passe un souffle de désespoir à vous glacer. Parce que l’on naît du mauvais côté, les dés sont pipés, il n’y a rien à faire : l’humour prend ici des allures de suicide ...
La fin de l’enfer, ce sera le temps d’une étreinte, au petit matin, dans les bras d’un marin arabe qui, de désespoir d’aimer, tuera notre héros avec une infinie tendresse...
Il faut lire ce premier livre de Tony Duvert. 

Madeleine Chapsal (L’Express, 1967)


 Dans Récidive, la cruauté, la violence des amours masculins n’incitent pas ici à la réflexion morale, mais sont prétextes à des recherches d’écriture qui, pour être formelles, ne suscitent pas moins un remarquable lyrisme. Un étonnant premier livre d’un auteur de vingt trois ans. 

Alain Bosquet (Combat, 1967)


 Je me suis senti une grande affection pour le livre de Tony Duvert Ce qui m’a paru neuf, et assez irrésistible, c’est le langage presque familier, et une manière très efficace de paraître naturel là où tout est, au fond, très embrouillé. 

 




Toutes les parutions de l'année en cours
 

Les parutions classées par année